nike free run 50 v2 mens

SKUros365

nike free run 5.0 v2 mens


Une institution sociale
Examinations: a social institution
Zur gesellschaftlichen Bedeutung von Prüfungen
Bruno Belhoste
p. 5-16
Résumé    nike air max pour femme pas cher
   nike cortez débardeur gris
   nike sportswear free run 2
   pink new balance trainers
   Citation    nike free run turquoise
   Auteur

Résumés

Français nike air max plus tn hyper blue
Deutsch

Cet article introductif propose quelques pistes de réflexion sur le thème de l’examen scolaire, considéré comme un exemple d’institution sociale. Il distingue pour cela l’épreuve, à laquelle sont soumis les candidats, du verdict, qui fixe leur sort. L’ensemble constitue à la fois un rite de passage, conduisant d’un univers à un autre, et un rite d’institution, imposant un ordre légitime dans sa sphère d’efficacité. L’article suggère ensuite une typologie des examens fondée sur des critères fonctionnels, distinguant principalement entre ceux dont la fonction dominante est sociale et ceux dont la fonction dominante est scolaire. Enfin, à titre d’hypothèse, est avancée l’idée selon laquelle les examens du premier type se sont tendanciellement transformés en examens du second type au cours des deux derniers siècles.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

air max asos

Géographie :

France

Chronologie :

new balance white
XVIIe siècle XVIIIe siècle XIXe siècle XXe siècle
Haut de page

Plan

air jordan 12 retro
Typologie des examens
new balance rouge pas cher

Texte intégral

air jordan spike
new balance noir enfant
Compte Bancaire Succession assurance-vie nike womens khaki shorts
new balance femme 2015
  • 1 P. Cabanel :  La République du certificat d’études , Paris, Belin, 2002, p. 7.
  • 2 L’édition de ce journal est en cours de préparation par les soins de Claudine Wallart.
  • 3 Voir ci-dessous, p. 33.

1Même averti, on reste étonné par la place occupée par l’examen scolaire dans l’imaginaire personnel et social de nos contemporains. Interrogez autour de vous : vous verrez combien de nuits sont hantées encore par la figure d’un examinateur depuis longtemps disparu. Observez le formidable psychodrame du printemps 2003 : la France entière retenant son souffle, menacée par le boycott du baccalauréat par ses surveillants et ses correcteurs. Les grands examens nationaux, qu’il s’agisse du certificat d’études primaires, aujourd’hui réduit à un lieu de mémoire, du baccalauréat, toujours vaillant, ou du concours de Polytechnique, sont davantage que des monuments respectés : ce sont des références, souvent des expériences, des éléments constitutifs de notre  psychè . Il y a là pour le psychologue et le sociologue, mais également pour l’historien, un remarquable sujet d’étude et de réflexion. Patrick Cabanel, en ouverture de son livre sur le certificat d’études, évoque le souvenir émerveillé de la petite Cévenole qui n’a jamais oublié le sujet de sa rédaction, écrite en 1949 1 . « Grande journée de mon existence », note dans son journal, en 1889, un industriel de Lille apprenant que son fils « est proclamé reçu à six heures » à l’examen du baccalauréat 2 . Pierre Caspard relève le même élan du cœur dans une lettre d’une nouvelle communiante à ses parents, en 1813 : « Je sens bien que c’est l’époque la plus importante de ma vie » tennis new balance
. Des époques, des lieux, des milieux différents, mais une émotion semblable devant ce qui constitue, pour l’examiné(e) et ses proches, une sorte d’expérience fondatrice.

  • 4 Voir, pour une période plus récente, P. Merle :  Sociologie de l’évaluation scolaire , Paris, PUF, co  sac nike cheyenne
  • 5 Outre l’ouvrage de P. Cabanel, voir B. Dancel :  Enseigner l’histoire à l’école primaire de la  iii e (...)
  • 6 J.-B. Piobetta :  Le Baccalauréat de l’enseignement secondaire , Paris, 1937, pp. 201-208.
  • 7 D. Julia : « Sélection des élites et égalité des citoyens. Les procédures d’examen et de concours d  air max 90 2015 homme
  • 8  Outre les études déjà mentionnées, citons A. Chervel :  Histoire de l’agrégation, contribution à l’  (...)

2Curieusement, pourtant, les examens scolaires ont assez peu intéressé les sciences sociales. Certes, des psychologues ont inventé dans les années 1920 la  docimologie , qui prétendait remplacer les épreuves traditionnelles par des tests, mais cette science des examens, qui a fourni des études empiriques intéressantes sur le baccalauréat par exemple, s’est éteinte de sa belle mort il y a déjà trente ans 4 . Quant aux historiens de l’éducation, du moins en France, ils n’ont longtemps considéré l’examen que comme un rouage, ou un symptôme, dans le fonctionnement de l’institution scolaire. Le certificat d’études est l’exception, mais, s’il a éveillé depuis peu un grand intérêt, c’est peut-être surtout parce qu’en entrant au musée (en 1989), il est devenu le symbole de l’enseignement primaire tel qu’il existait sous les IIIe et IVe Républiques basketball nike id
. Le baccalauréat attend toujours son historien, l’administrateur J.-B. Piobetta, auteur d’un livre utile publié en 1937, ne pouvant en tenir lieu 6 . Les concours des grandes écoles restent sous-étudiés, si l’on excepte les travaux de D. Julia consacrés aux examens des armes savantes au XVIIIe siècle nike air max soldes
. Certes, on rencontre les examens scolaires au détour de maintes études consacrées à telle ou telle question d’histoire de l’enseignement ; le sujet, en revanche, est encore trop rarement traité pour lui-même 8 .

3Le présent numéro d’ Histoire de l’éducation  ne prétend pas combler cette lacune. En rassemblant un certain nombre d’études de cas – sur l’examen d’admission à la première communion, qui n’est pas seulement religieux, sur le baccalauréat, sur le concours de Polytechnique, sur les brevets d’instituteurs et sur la docimologie –, auxquels s’ajoutent deux notes documentaires sur les sources disponibles, il vise seulement à indiquer la richesse et la diversité du thème et à encourager le développement des recherches dans cette direction. On se contentera, dans cette brève introduction, de suggérer en s’appuyant sur les travaux déjà accomplis, quelques pistes de réflexion susceptibles de nourrir ces recherches à venir.

Ce sujet est traité dans les articles suivants :

1.   ANDERSON JOHN ROBERT (1947-    )

Écrit par : Denis ALAMARGOT

générer des comportements adaptés à de nouvelles situations. Située entre psychologie cognitive et intelligence artificielle, cette théorie a été formalisée par le modèle ACT (Adaptative Control of Thought) qui est également un programme informatique capable d’apprendre et d’exécuter des tâches à partir de connaissances…  Lire la suite
2.   air max sb

Écrit par : Jean VAN DEN BROEK D'OBRENAN

Dans le chapitre " nike roshe run bordeaux
"
 : … L'intelligence artificielle s'adresse à toutes les activités cognitives, comme la compréhension du langage naturel, l'analyse d'images, la reconnaissance des formes, ainsi qu'à certains problèmes qui, comme ceux de la mise au point d'emplois du temps, les choix d'un itinéraire, ont une solution théorique combinatoire, mais sont résolus de façon…  Lire la suite
3.   AUTO-ORGANISATION

Écrit par : Henri ATLAN

Dans le chapitre " Auto-organisation au sens faible  : … Des exemples d'auto-organisation au sens faible sont fournis par la plupart des applications du calcul par  réseaux neuronaux  aux techniques d' intelligence artificielle  destinées à fabriquer des machines à apprendre et à mémoire distributive (cf. F. Fogelman-Soulié, 1991 ; T. Kohonen).…  nike blazer classic